Concours d'Ecriture



Lune de septembre

Demain, c'est la rentrée, j'ai fêté mes quinze ans cet été, je rentre en seconde générale comme ils disent, je ne sais pas ce que je vais choisir pour la suite de mes études, alors je vais en « général ». Mes centres d'intérêts ne font pas partie des options proposées, à défaut, je me suis inscrite en art et en littérature.

Mon sac est prêt, avec peu d'affaires pour le premier jour, ma trousse, une pochette avec quelques feuilles blanches, les documents à ramener, mon agenda.

Mon moment préféré de début d'année, c'est acheter mon agenda, celui-ci est comme un grimoire de petite sorcière ; les lunaisons, les saisons, les rituels ponctuent les pages tels qu'ils m'accompagneront au fil de l'année.

Le soir est arrivé, je retrouve le rythme de mon coucher avec celui du soleil pour profiter des heures nocturnes qui m'apportent la quiétude.

Ma chambre, c'est mon cocon, j'aime m'y retrouver pour me reconnecter à mes émotions, mes envies, mes rêves. Je plonge dans mes draps et me laisse envahir par le sommeil.

Le réveil se fait en douceur à la lumière naissante du soleil levant. Je me prépare pour cette journée de découverte. Une nouvelle année de scolarité où je vais chercher à prendre ma place, celle qui me correspond, là où je me sens vivre.

J'arrive devant le lycée un peu en avance, je scrute les listes des classes « Kiera LAMARE : 2de 4 » rendez-vous en salle E13 bâtiment B avec notre professeur principal Mme Eloise DEVOIR , enseignante d'histoire géographie.

Je la salue en entrant dans la salle, je m'installe au troisième rang côté fenêtre. C'est ma place favorite en classe, car elle me permet de m'évader quand les cours ne m'intéressent pas, mon esprit s'enfuit vagabondant dans le paysage voisin.

Le protocole se met en route : distribution des emplois du temps, rappel des règles de vie, des obligations et devoirs de l'élève, discours sur notre avenir, l'intérêt de s'investir dans ses études.

S'en suit une visite expresse de l'établissement : le réfectoire, les classes de TP, le CDI, le gymnase, le foyer ; puis une présentation de la vie scolaire, de l'association des élèves, de l'association sportive, des activités cultures proposées.

Nous sommes libérés à midi, rendez vous demain matin pour le début des cours.

Voici cinq jours que l'école a repris, nous sommes le 07 septembre, ce soir, je vais tranquillement m'installer dans ma chambre pour mon rituel de la nouvelle lune. Je pressens que cette journée va me paraître longue, car comme un jeune enfant, je vais trépigner d'attendre mon moment à moi pour ma soirée.

La journée se passe avec une lenteur exceptionnelle, je me désintéresse des cours, je suis entièrement plongée dans mes rêveries. Heureusement, nous sommes au début de l'année, les enseignants sont conciliants, c'est le démarrage des cours, des rappels, des révisions, des mises au point pour voir où nous en sommes et essayer de démarrer tous sur les mêmes bases.

Après avoir expédié le dîner avec ma famille, je me retrouve, enfin dans mon cocon.

J'ai pris une belle douche où l'eau s'est écoulée le long de mon corps, emportant avec elle les énergies négatives accumulées. Je me sens sereine, purifiée.

Vêtue de mon large tee-shirt et d'un short, je m'installe confortablement en tailleur sur mon lit, devant moi sur ma table basse, j'ai positionné sept bougies en cercle autour de mon brûleur d'encens. Je les allume une à une avec intention et termine pas l'encens de benjoin.

Piochant dans ma playlist, je mets une musique douce de méditation, je ferme les yeux, cale ma respiration et me laisse transporter là où mon inconscient me mène. Mon voyage méditatif débute.

Je reprends peu à peu mes esprits, avec de belles idées en tête, de beaux projets. J'ouvre mon joli cahier d'écriture, sur une nouvelle page, j'inscris la date du jour et la liste de mes souhaits et projets pour le mois à venir. Je remercie pour toutes les belles choses qui se présentent chaque jour dans ma vie.

Je suis sereine, j'éteins délicatement les bougies, l'encens s'est entièrement consumé, je range mon cahier et m'enfouis sous ma couette.

Les jours se déroulent selon le même scénario quotidien, alternant les cours et mes activités extra-scolaires. Je suis heureuse d'avoir trouvé une association d'entraide où je vais intervenir auprès de personnes dépendantes pour leur faire la lecture et participer à des activités créatives, j'aime ce lien que l'on construit avec nos ainés, ils ont tellement d'histoires vécues à nous conter.

Côté sport, je me suis inscrit au cours de danse latino, pour pouvoir me défouler, exulter mon trop plein d'énergie sur des musiques rythmées et ensorcelantes.

Ce mardi, sur mon agenda, je colorie la page de mille teintes joyeuses, peu de place pour les devoirs à faire, mais une belle pleine lune à célébrer ce soir.

On l'appelle « lune de maïs » ou « lune d'orge », car elle arrive au moment de la récolte de ces céréales, elle est aussi celle qui nous rapproche de la saison automnale.

Le temps est maussade ce matin, j'espère que dans la soirée les nuages laisseront leur place pour que l'astre de nuit puisse nous éclairer de ses énergies bienfaitrices.

En français, l'enseignant nous colle une dissertation surprise pour tester notre capacité d'adaptation, selon ses dires. Au début je râle en solidarité avec la classe, mais quand le sujet apparaît sur le tableau, je m'enferme dans ma bulle et je commence ma rédaction : « La nature est-elle indispensable à la vie de l'homme sur Terre ? » Il a touché mon âme sensible, ma fibre de connexion à la nature alors, là j'ai de quoi exposer mon avis. Je me demande tout de même si dans ma ferveur d'écriture, je ne fais pas de hors sujet.

Après les cours, je rentre à pied du lycée jusqu'à la maison car je n'ai pas envie de prendre le bus, je vais marcher, me vider la tête durant ces trois-quarts d'heure de solitude volontaire.

J'arrive juste pour le repas du soir, après quelques échanges sur nos journées respectives, je passe à la salle de bain, prendre une bonne douche. Je laisse l'eau dégouliner sur mon corps, évacuant ainsi mes tensions, mes peurs, mes doutes. Je me sens légère et détendue.

Tranquillement, je rejoins ma chambre, Obsidienne, mon chaton, se faufile par l'entrebâillement de la porte avant que je la ferme. Elle monte sur mon lit et se love entre mes deux oreillers après avoir patouné tout en ronronnant doucement. Sa présence m'apaise encore plus.

J'ouvre ma fenêtre, les nuages se sont effilochés, je peux admirer la lune lumineuse. Je prends une à une mes pierres : mon quartz rose, ma labradorite, une améthyste, mes bracelets l'un de rhodonite, l'autre d'amazonite, après les avoir purifiés, je les dispose afin qu'ils se ressourcent aux énergies de la pleine lune.

La fraîcheur de la nuit pénètre dans ma chambre, j'enfile un sweat sur mon tee-shirt et m'assois en tailleur sur mon lit. J'allume mes bougies et mon encens, me voilà prête pour mon voyage méditatif, relaxant et messager de mon chemin à vivre. La musique me transporte dans cet univers de sérénité.

Lors de ce rituel, je me libère des émotions liées aux événements difficiles, contrariants et je me projete, je vis mon avenir comme un présent.

La musique s'est arrêtée, l'encens est consumé, j'ouvre les yeux, dans la pénombre, je contemple Obsidienne qui dort avec quiétude. La lune éclaire timidement l'intérieur, car les nuages la camouflent partiellement. Je prends mes crayons de couleurs et mon cahier d'écriture sur lequel, après avoir inscrit la date de plusieurs couleurs avec de belles arabesques enjolivant les mots, je remercie pour les rencontres faites, les projets entamés, les souhaits réalisés. Je dessine un zentangle associant les couleurs et les sentiments qui se sont révélés à moi lors de ma médiation.

Je range mes affaires et disparaîs sous ma couette au côté d'Obsidienne profitant de sa douce et chaleureuse présence.

Mercredi 22 septembre, c'est l'équinoxe d'automne, le jour et la nuit sont en équilibre comme le yin et le yang. Après les cours je profite de mon après-midi, je me balade à travers les vignes et la forêt, pour recueillir les premières expressions de l'automne ; des feuilles aux couleurs chatoyantes, des fruits rouges et dorés qui invitent à la dernière récolte avant l'arrivée de l'hiver.

J'aime cette période où le soleil est plus doux, lorsque la nature se pare de couleurs rouge, jaune, orangées et dorées alors que le froid s'installe petit à petit. L'odeur de l'humus sous les bois nous conte que les feuilles ne sont pas mortes, elles se sont déposées sur le sol pour le nourrir et régénérer la vie au printemps.

Je rentre chez moi après cette marche revigorante et je dépose dans un plat en bois les fruits de ma cueillette.

Les journées du mois de septembre se raccourcissent au rythme des couchers du soleil, laissant place à la nuit et à l'obscurité grandissante. Le rythme infini des saisons se succédant pour nourrir la terre et la vie.

Voici donc mon mois de septembre, moi Kiera jeune sorcière du 21ème siècle, je vous souhaite plein de bonheur et de reconnexion avec la nature, celle qui nous apporte l'abondance de savoir, de leçon et d'amour au rythme des saisons et de la lune.